Forum de la guilde RP Marchebruine sur le serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Murmures sur la guilde Marchebruine

Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel Varenne

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/04/2018

MessageSujet: Murmures sur la guilde Marchebruine   Jeu 26 Avr - 14:52

Citation :
Ah, quelle fatigue. Vous êtes épuisé, après cette journée colossale, où le travail n'a fait qu'augmenter et où vos collègues n'ont même pas eu la présence d'esprit de vous aider, vous laissant seul terminer les tâches qui vous ont été assignées. Mais ! Enfin, enfin voici l'heure tant attendue. Il est dix-huit heures, et vous avez terminé, et vos pas vous amènent tant bien que mal jusqu'aux tavernes du quartier de la vieille ville. Alors que vous entrez, les effluves familières du poulet rôti et de la bière coulant à flot emplissent vos narines, porteuses des promesses de détente tant désirées. Le pas rapide, gagné d'une nouvelle vigueur, vous trouvez bien aisément votre place au comptoir, comme si c'était là qu'était votre véritable place. La main levée, votre commande arrivera bien vite, qu'il s'agisse d'alcool ou de thé : après tout vous êtes un habitué. C'est dans ce confort habituel, où tous se retrouvent pour boire, chanter et danser, que vous pouvez enfin vous permettre de vous relâcher.

Mais c'est aussi l'occasion d'échanger les derniers potins. Oh ? Est-ce que Sylvie, la blanchisseuse, trompe son trappeur de mari avec  son voisin l'antiquaire ? Ah ! Mais bien plus intéressant, une nouvelle boulangerie vient d'ouvrir, et ses tarifs font polémique : les petits pains sont presque un tier moins cher ! Il doit y avoir une affaire étrange derrière ce commerce... Pendant que vos voisins de comptoir sont en train de lancer un débat pour savoir lequel d'entre eux a abattu le plus d'arbres cette saison, vous quittez le bois du comptoir pour trouver une table. Beaucoup de chaises sont occupées, mais certaines, laissées vacantes, seront peut être pour vous l'occasion de sympathiser avec un nouveau groupe. D'ailleurs, un petit groupe vient de quitter une grande table près d'un coin de l'auberge et d'une fenêtre, voici votre opportunité ! Ni une ni deux, vous allez vous installer sur la chaise, boisson et victuailles aux mains, offrant un sourire amical à ceux qui seront vos compagnons pour l'heure. Un apprenti paladin, une magicienne débutante, un nain ronchon et un elfe sophistiqué archer.

Les minutes passent et défilent bien plus vite que prévu. Ces braves gens ont la discussion facile, et vous échangez bien vite des histoires personnelles, ou des racontars de régions. Dans les Carmines, les gnolls s'agitent encore. Couineur 33ème du nom doit être maté, et le brave Conacher en appelle aux aventuriers. Et certaines des mines d'Elwynn ont été réinvesties par les kobolds, après une longue période de paix pour les ouvriers. Depuis la chute de la Légion Ardente, les gens reprennent conscience de la foule de petites menaces qui apparaissent ça et là, et nombreux sont ceux qui reprennent les chemins pour gagner leur croûte. Vous les enviez un peu, bien sûr, l'aspect répétitif de vos journées vous lasse, et de là où vous êtes, ils semblent vivre la vie idéale : l'aventure. Puis...

Vous entendez la voix d'une silhouette que vous n'aviez même pas remarqué tant elle était discrète - à l'instar de tout vos compagnons. "Je connais mieux que tout ça." Elle semble appartenir à un homme à la voix à presque abîmée, dont le visage est essentiellement masqué par sa capuche. Il porte une tenue de cuir légèrement endommagée, et un tabard mêlant bleu et blanc, sur noir et brun. Entre ses lèvres rougeoie un cigare allumé dont s'échappe régulièrement quelques ballots de fumée, et vous vous sentez tous un peu stupides de ne pas l'avoir vu. Celui-ci ne semble pas en prendre ombrage, bien au contraire. Après de longues secondes de silence, il se redresse, dévoilant ses traits réguliers et sa barbe brune allongée, reprenant la parole. Ses mots résonnèrent dans votre esprit, jusqu'à y être gravés.

"Laissez moi vous parler de Marchebruine..."


Un long, très long moment après la première intervention de ce baroudeur inconnu, vous quittez la taverne. L'esprit altéré par tout l'alcool ingurgité, mais, indubitablement tiraillé par l'envie de quitter la ville à ses cotés, pour devenir quelqu'un. Un aventurier, dont les actions pourront contribuer au bien commun, gagner en gloire et en richesse.

Pour devenir... Un héros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Murmures sur la guilde Marchebruine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marchebruine :: La Guilde :: Présentation-
Sauter vers: